Aquariophilie, gestion d'aquarium, aquarium eau douce, poissons d'aquarium, plantes d'aquarium


  

Le tour de l'aquariophilie vous accueil sur son portail aquariophile

   

Articles

Base de données

Services

Connexion...
  Membres: 10392

Pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 49

Ip: 54.167.250.64


debutant.gifLe guide du débutant - Chapitre 2 : Un milieu vivant et animé

Chapitre 2 : Un milieu vivant et animé



2.1 - Le cycle de l’azote

 

Je vous en avais brièvement parlé lorsque nous avons vu la filtration, nous allons maintenant le voir plus en détail. Les débris de plantes, les déjections des poissons, les cadavres, le surplus de nourriture… tout est source de pollution ! Mais rassurez vous, la nature à bien fait les choses : de multiples transformations auront lieu dans votre aquarium pour réduire tous les déchets en composés quasi inoffensifs. On nomme ce phénomène « le cycle de l’azote » ou encore « le pouvoir épurateur des eaux ».

 

Nous allons étudier ce fameux cycle à l’aide d’un schéma :

 

cycle-azote.bmp

 

1 - Transformation des excréments des poissons, des débris végétaux et des restes de nourriture en Ammoniac.


 
2 - L'ammoniac (poison mortel) est transformé en Nitrites par les bactéries Nitrosomonas. Les nitrites sont mortels à faible dose.


 
3 - Les nitrites sont ensuite transformés par les bactéries Nitrobacter en Nitrates, produit dangereux seulement à très haute concentration.


 
4 - Les plantes absorbent une partie des nitrates.


 
5 - Les nitrates non absorbés, se retrouvent dans l'eau. On contribue à leur diminution par des changements d'eau d'environ 10% du volume du bac par semaine.

 

Bien entendu, toutes ces transformations sont réalisées grâce aux bactéries. En revanche, si elles se développent rapidement, elles ne sont pas présentent dès la mise en eau d’un aquarium. Il vous faudra alors attendre un mois après la mise en eau de votre aquarium afin que la quantité de bactéries nécessaires aux transformations se multiplie.

 

Les bactéries colonisent principalement le filtre, notamment la céramique qui est un excellent support. C’est pour cette raison que l’on ne nettoie jamais un filtre d’un seul coup dans sa totalité. En effet on détruirait toutes les bactéries indispensables au bon équilibre de l’aquarium.

 

2.2 - Les plantes

 

Vous ne pensiez peut être pas, jusqu’ici, mettre de vraies plantes dans votre aquarium ? Pourtant je vous le recommande. Les plantes jouent un véritable rôle dans un aquarium comme le font les végétaux sur notre planète. Contrairement à ce que j’ai pu parfois entendre, mettre de vraies plantes dans son aquarium n’a rien de compliqué ! La seule mesure à prendre est l’utilisation d’un sol adapté, comme nous l’avons vu précédemment. Bref, rien de sorcier !

 

A ce propos, voici les différents rôles d’une plante :

 

- Production d’oxygène pour la respiration des poissons.
- Reproduit le milieu naturel des poissons.
- Absorbe les nitrates, issus de la décomposition des matières organiques.
- Offre une protection aux alevins, si alevins il y a.
- Rend l’aquarium vivant.

 

Pour croître, une plante a plus ou moins besoin de ces trois ressources :

 

- Du dioxyde de carbone produit par les poissons.
- De la lumière diffusée par les tubes fluorescents.
- D’oligo éléments présents dans le sol et l’eau.

 

Si un de ces éléments est absent dans votre aquarium, la plante dépérira. Il convient aussi de trouver un équilibre entre ces ressources. Si nous avons une énorme quantité de dioxyde de carbone mais peu d’intensité lumineuse (ou bien même le cas contraire), la plante ne grandira pas plus vite.

 

Lorsque l’on introduit une plante, il faut prendre en compte la taille qu’elle atteindra. Ainsi les grandes plantes seront placées à l’arrière de l’aquarium, tandis que les grosses plantes seront suffisamment espacées les une des autres.

 

2.3 - L’eau

 

C’est une partie très importante de ce chapitre, il convient de bien la comprendre. Je vais essayer d’être le plus clair possible tout en restant dans la simplicité des choses.

 

L’eau est un élément fondamental en aquarium, elle est directement en contact avec les poissons et les plantes comme nous le sommes avec l’atmosphère.

 

En aquariophilie, on caractérise une eau par cinq grandes valeurs : le pH, le GH, le KH, les NO3, les NO2.

 

Le pH : Il s’agit de l’acidité de l’eau. En réalité l’échelle du pH peut aller de 0 à 14 mais l’échelle aquariophile est comprise entre 5.5 et 8.5. Lorsque le pH est égal à 7 on dit qu’il est neutre. Si il est supérieur à 7 on dit qu’il est basique et si il est inférieur à 7 on dit qu’il est acide.

 

Le GH : C’est la quantité de calcium et magnésium présente dans l’eau de votre aquarium. On l’appelle aussi la dureté totale. Elle est mesurée principalement en degrés allemands (°DGH).

 

Le KH : C’est la quantité de carbonate et bicarbonate présente dans l’eau de votre aquarium. On l’appelle aussi pouvoir tampon parce qu’il est étroitement lié avec le pH. Si il faut retenir une chose du KH, c’est que plus sa valeur est élevée et plus le pH sera stable et élevé également. Le KH se mesure aussi principalement en degrés allemands (°DKH).

 

Les NO3 : Il s’agit des « résidus » du cycle de l’azote. Les plantes consomment les NO3, aussi appelé les nitrates. Aussi, des changements partiels d’eau contribuent à évacuer les NO3. Une trop grosse concentration serait propice au développement des algues. L’unité de mesure est le mg/l. Le taux est acceptable jusqu’à 35 mg/l

 

Les NO2 : Comme nous l’avons précédemment vu, c’est un poison hautement toxique à faible dose. Aussi appelé nitrite, le taux doit être de 0.00 mg/l.

 

Il existe bien évidemment d’autres paramètres, mais nous avons vu là les plus importants ce qui suffit amplement pour le moment.

 

2.4 – Les poissons

 

Nous les aurions presque oubliés dans notre histoire, c’est pourtant eux, principalement, qui animeront votre aquarium.
Le choix des poissons est important, on ne peut pas mettre tout le monde dans n’importe quoi avec n’importe qui !
Il convient donc de choisir ses poissons en fonction de certains critères de sélections :

 

- La taille adulte des poissons : le critère de loin le plus important. En effet, les poissons vendus en animalerie sont très jeunes (parfois de trop même) et ne demandent encore qu’à grandir. Les espèces que vous introduirez dans votre aquarium seront donc compatibles avec le volume de ce dernier. Il en va de la durée de vie de vos poissons.

 

- Les paramètres physico-chimiques : Nous les avons énumérés dans la partie 2.3. Les poissons ont des besoins différents selon leur origine géographique :


 - Les poissons originaires d’Amérique du Sud : pH : 6.5 - 7 ; GH : 5 - 12
 - Les poissons originaires d’Amérique centrale : pH : 7 – 7.5 ; GH : 10 - 15
 - Les poissons originaires d’Afrique de l’Ouest : pH : 6.5 - 7 ; GH : 3 - 8
 - Les poissons originaires d’Afrique de l’Est : pH : 7.5 – 8.5 ; GH : 15 - 25
 - Les poissons originaires d’Asie du Sud Est : pH : 6.5 – 7 ; GH : 5 - 15

 

Pour être sûr d’avoir des poissons qui requièrent les mêmes paramètres d’eau, le plus simple serait que ces poissons aient la même origine géographique.

 

- La zone de vie : Certains poissons passent leur temps au fond du bac, d’autre à la surface. Il est important de faire en sorte que votre aquarium soit animé dans sa totalité

 

- Le mode de vie : Il convient de respecter le mode de vie des poissons. Certains vivent en trio, d’autres en couple ou encore en groupe… Ce critère est important, les poissons stressent rapidement si ils ne sont pas maintenus correctement, ce qui est source de maladie. Or on se passerait volontiers des maladies, d’autant plus lorsque l’on débute.

 

Des fiches poissons sont à votre disposition sur ce site, elles vous permettront de connaître les caractéristiques des principales espèces.
Il est important de se renseigner avant d’acheter, ceci évitera de gros soucis de population comme on peut parfois le voir sur le forum.

 

J’en profite pour faire une petite liste de poissons qui ne devrait pas se trouver en animalerie :

 

- Le Botia macracantha : Il requiert minimum 600 litres pour 5 individus. Ce poisson peut dépasser les 20 centimètres. Il est donc préférable de l’éviter dans un premier temps, même si il possède une très belle robe rayée jaune et noire.

 

botia.jpg

 

- L’Hypostomus plécostsomus : Certainement un des meilleurs exemples. On l’appelle, à tors, « poisson nettoyeur ». Il peut atteindre 40 à 50 centimètres. Un aquarium de 1 000 litres serait le minimum. J’en avais un dans 450 litres et je peux vous dire que ce n’était pas triste. On en retiendra uniquement qu’il faut absolument l’éviter.

 

 

- Le Balantiocheilus et le Pangasius : Deux genres à éviter également qui peuvent atteindre 1 mètre pour certaines espèces.

 

pangasius.jpg

 

 

En dehors des poissons qui deviennent énormes, il y a ceux modifiés génétiquement. Inutile de vous dire que ce genre de poisson est également à éviter. La durée de vie de ces animaux est diminuée considérablement. Voici un exemple, le Parambassis ranga :

 

parambassis.jpg

 

Essayez dans la mesure du possible de vous procurer les poissons chez un éleveur sérieux. Ils sont généralement plus gros donc moins fragiles ce qui leur permet une meilleure acclimatation. Aussi, vous serez certain de la qualité : alimentation adaptée, bac approprié, paramètres adéquats…
En animalerie, il faut être vigilant sur les poissons que vous choisissez, ils sont parfois affaiblis ou endommagés. Observez-les attentivement :


 
- Ses nageoires ne seront pas déchirées ou effilochées.
- Sa bouche ne présentera aucune pourriture ou autres déformations.
- La muqueuse n’aura ni plaies, ni masse cotonneuse, ni points blancs.
- La respiration sera lente.
- Le poisson se tiendra droit et nagera sans effort.
- Ses couleurs seront franches.
- Les opercules doivent être fermés et non enflammés.
- Les yeux seront ni troubles, ni exorbités.
- Les écailles ne doivent pas être hérissées.


 
Si un seul est malade dans le bac et/ou que vous distinguez du produit de traitement, n’achetez aucun poisson maintenu dans cette cuve ! Ce n’est pas lorsque vous remarquerez les mêmes symptômes dans votre bac, que ce soit sur un nouvel arrivant ou un ancien pensionnaire, qu’il faudra s’inquiéter.

 

En ce qui concerne l’alimentation de vos poissons, elle devra être adaptée. En règle générale, on alimente une à deux fois par jour en petite quantité, les poissons doivent avoir consommer la totalité de l’aliment distribué en deux ou trois minutes.


Il existe des paillettes vendues en animalerie, comme TetraMin, SeraVipagran pour ne pas citer de marque. Ce genre d’aliment est très facile à distribuer et complet pour le régime alimentaire des principaux poissons.


Ceci dit, on peut varier en donnant une à deux fois par semaine des aliments congelés comme des artémias ou des vers de vase, les poissons en raffolent. Les aliments congelés sont présentés sous forme de plaquettes que vous laissez dans votre congélateur. Lorsque vous voulez en distribuer, vous décongelez la quantité nécessaire dans un verre ou une petite passoire.

 

<< Retour au chapitre 1 || Atteindre le chapitre 3 >>

 

Consulter le plan du guide


Date de création : 13/02/2007 @ 03:20
Dernière modification : 13/02/2007 @ 21:41
Catégorie : Le guide du débutant
Page lue 64029 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


News letter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
3+3 =
2676 Abonnés

Sondage
Depuis combien de temps pratiquez-vous l'aquariophilie ?
 
Moins d'un an
Entre un et trois ans
Entre quatre et six ans
Plus de six ans

^ Haut ^

Copyright © 2002-2016 Le tour de l'aquariophilie

Contact - Conditions d'utilisation - Reproduction interdite

 

Partenaire :Gestionnaire d'aquarium - Forum aquariophilie - Eau aquarium - Poisson d'aquarium


  GuppY v4.5.19 © - CeCILL - Adapté pour Le tour de l'aquariophilie par Benji

Document généré en 1.36 secondes